Dire "Oui !" à la vraie vie - Partie 1


Arts visuels de Rassouli

C’est au cours de multiples expériences et de formations de toutes sortes que j’ai commencé à mieux comprendre l’être humain et la part que je jouais dans la création de ma réalité. J’ai compris que pour avoir une vie heureuse, sereine et épanouissante, je devais reprendre mon pouvoir intérieur et la responsabilité de créer ma vie. Je devais avoir le courage de retrouver la liberté de choisir ce qui était important pour moi et de réaliser mes désirs les plus chers. Grâce aux situations et aux relations difficiles ou que je n’aimais pas dans ma vie naissaient le désir de changement, le désir de dépassement, le désir d’élargir mes horizons. Les circonstances difficiles et les relations compliquées se transformaient en défis qui me poussaient au dépassement de moi-même.


C’est pourquoi il est si important de reconnaitre que les circonstances que nous traversons nous offrent toujours une occasion de grandir et d’évoluer et que rien ni personne ne nous a forcés à vivre ces circonstances. Elles sont le résultat de nos propres choix (sur un plan de conscience ou sur un autre) et de notre désir d’évoluer et de maitriser la vie en tant qu’être humain. Même si mon chemin est unique, comme l’est celui de chacun d’entre vous, il y a des similitudes. C’est pourquoi dans cette série d’articles, j’ai décidé de partager avec vous quelques-unes de mes expériences afin que vous puissiez y reconnaitre des pistes qui vous guideront sur votre chemin.


La première formation qui m’a ouvert les yeux a été celle d’un centre de développement personnel à qui je dois d’avoir compris que j’étais la pierre angulaire de ma vie et à l’origine de tout ce qui m’arrivait. À cette époque, tout cela était nouveau pour moi. Je me remettais d’une dépression majeure et je cherchais à en comprendre les causes afin d’éviter d’y retomber, car cette maladie était fréquente dans ma famille. Quelque chose en moi n’acceptait pas que l’explication du déséquilibre chimique que la médecine traditionnelle offrait soit la seule. Je refusais de prendre une médication sur de longues années, car je savais que la médication non seulement a des effets secondaires pouvant être la source de nouveaux déséquilibres, mais qu’elle n’enraie pas la cause profonde de la maladie.

C’est avec l’enseignement de ce centre de développement personnel que j’ai commencé à voir pourquoi certaines peurs et croyances limitatives me poussaient à agir d’une certaine façon ou à faire certains choix qui créaient des déséquilibres dans ma vie. Par exemple, si je n’arrivais pas à dire « non » aux besoins des membres de ma famille ou à établir des frontières saines, cela venait de mes propres peurs et croyances que je ne pouvais pas être aimée simplement pour qui j’étais ou encore que pour être aimée, je devais être utile aux autres ou être responsable de leur bienêtre.


La conséquence extraordinaire de cette prise de conscience est que j’ai saisi que je pouvais tout changer dans ma propre vie. C’était la manière pour y arriver qui restait vague et imprécise : comment remettre la responsabilité de leur vie aux autres pour alléger les responsabilités et les exigences familiales, comment gérer les émotions intenses et difficiles, comment éliminer les peurs et les insécurités, pour recréer une vie qui me ferait me sentir libre, heureuse, aimée et sereine ? Non seulement cela était-il nébuleux, mais cela me semblait presque inatteignable.


Cependant malgré ma confusion, j’avais tout de même compris que le travail sur les émotions refoulées, les peurs inconscientes et les séquelles émotionnelles laissées par des évènements de mon histoire passée était crucial. Grâce à des techniques enseignées par ce centre, je commençais un peu à comprendre ce qui se passait en moi. À cette époque, le travail sur les émotions refoulées était laborieux et souvent douloureux. Il consistait à revivre les expériences passées afin que la mémoire des interprétations erronées et des ressentis refoulés fasse surface dans le but de transmuter consciemment tout cela. Je commençais à faire l’expérience de la puissance de la pensée et comment une intention précise pouvait agir sur les énergies bloquées dans le corps. Je me sentais toutefois bien incapable de procéder à ce travail sur moi-même sans une aide appropriée.


Je commençais aussi à pressentir que pour avoir une vie harmonieuse, je devais d’abord ressentir cette harmonie à l’intérieur de moi. Les décisions ou les choix que je faisais avec le mental devaient correspondre à ce que mon cœur voulait aussi. Si un de mes choix était dicté uniquement par la raison, cela créait un conflit intérieur – même inconscient – car ce choix allait à l’encontre de ce que je désirais vraiment.

Quand j’examine cette période de ma vie, je constate le tournant majeur que cette dépression m’a permis de prendre. Elle a été un motivateur puissant me poussant à trouver de nouvelles explications et solutions. Une dépression est souvent le signe que nous nous sentons pris au piège dans des situations ou des relations où nous nous sentons impuissants et sans pouvoir ; il n’y a pas de porte de sortie, nous nous sentons dans un cul de sac, sans espoir de changement. Nous ne réalisons pas que le changement nécessaire ne doit pas se faire sur les circonstances elles-mêmes et qu’il ne vient pas de l’extérieur, mais qu’il doit se faire en nous. C’est notre changement intérieur qui permet une modification des circonstances extérieures. La découverte que j’étais à l’origine de ce qui m’arrivait a été cruciale pour moi et une fois cette connaissance intégrée, ainsi que par l’identification et l’élimination des blocages émotionnels à l’origine de la dépression, j’ai su que plus jamais je n’aurais à revivre une telle situation. Quoi qu’il puisse m’arriver, la vie est un miroir de mon état d’être intérieur et j’ai réalisé que toutes les solutions se trouvaient déjà en moi.


Pour rendre les choses plus complexes, à cette époque, je faisais partie d’une école spirituelle mystique dont l’enseignement strict contribuait à créer un désarroi profond dans tout mon être. D’un côté, je croyais sincèrement avoir trouvé le chemin spirituel qui me mènerait à la connaissance véritable et de l’autre, je désirais également vivre pleinement ma vie terrestre. Or ces deux chemins semblaient être incompatibles. La philosophie de ce mouvement prônait que ce monde n’est pas le nôtre et qu’il faut nous en détacher pour pouvoir retourner à notre origine céleste. J’éprouvais des remords intenses à accorder de l’attention au monde matériel plutôt que spirituel. Cependant, mon désir de combler mon sentiment de vide intérieur et le sentiment qu’il y avait quelque chose qui manquait à ma vie me poussait à rester dans ce mouvement dans l’espoir qu’un jour la vérité se révèlerait à moi.

À la suite de ces expériences, dans un effort pour essayer de me comprendre et d’améliorer mes conditions de vie, j’ai été attirée par l’apprentissage d’autres techniques de guérison holistiques. J’espérais trouver la clé qui me permettrait de comprendre comment fonctionne l’esprit humain et comment nous sommes reliés à l’univers. C’est ainsi que j’ai côtoyé de multiples enseignants spirituels ou en développement personnel : de la « Méthode Silva » au « Reiki », de la « Biologie totale des êtres vivants » (le décodage biologique) à la « Reconnexion », à l’« Emotional Freedom Technique - EFT », à la « loi de l’attraction », sans oublier les techniques de méditation binaurale, le développement de l’intuition et des capacités psychiques ainsi que des dizaines d’autres ateliers de formation ou de conférences avec les guides spirituels les plus populaires et les plus connus de l’Amérique du Nord.

Tous ces enseignants jouent un rôle et apportent quelque chose selon leur compréhension et leur conscience. Avec l’un, je voyais et laissais aller une croyance limitative ou un vieux conditionnement. Avec un autre, je comprenais une nouvelle loi de l’univers.

Je ne me souviens plus très bien à quel moment j’ai pris la décision de quitter le mouvement spirituel que je fréquentais depuis plus d’une douzaine d’années déjà. Mais contre toute attente, il vint un moment où plutôt que de continuer à croire aveuglément ce que l’on m’enseignait, j’ai commencé à faire confiance à ce que je ressentais. Or ce que je ressentais était très simple. Lorsque je participais aux activités de cette école, mon cœur se serrait et j’avais l’impression de m’éteindre. J’étais très affligée par cette contradiction entre ce que mon cœur ressentait et ce que je croyais être le chemin menant à la vérité. Mais le contraste entre ces deux mondes était frappant : d’un côté, mes nouveaux apprentissages dans le monde des thérapies énergétiques ou holistiques me faisaient revivre et me sentir pleine d’espoir et de l’autre, dans les activités de cette école spirituelle, je me sentais contractée, dissociée et perdue.


Poussée par ce sentiment de malaise qui grandissait sans cesse, c’est tout de même avec la tristesse dans l’âme que j’ai finalement pris la décision de quitter cette école dont la philosophie m’était apparue pendant de longues années comme la seule approche capable de transmuter la personnalité humaine en une conscience nouvelle et divine. À première vue, on pourrait croire que j’ai perdu des années de ma vie dans ce mouvement. Cependant, c’est cette expérience qui m’a permis de ressentir au plus profond de mon être qu’il n’est pas naturel de refuser notre incarnation physique ou de nier notre humanité. Au contraire, même si nous sommes avant tout un être de lumière divin, accepter d’être incarné dans un corps physique nous permet de nous exprimer d’une façon tout à fait unique et nouvelle dans la réalité matérielle. Cette acceptation de l’aspect physique de notre être est essentielle à notre expansion et à notre éveil spirituel.


Refuser un aspect de notre être, c’est aller à l’encontre du mouvement d’expansion que la création nous offre toujours. Chaque fois que nous nous jugeons, que nous ne nous sentons pas bien dans notre peau, que nous nions un aspect de nous-mêmes, nous ralentissons notre progression. C’est pourquoi, nous accepter exactement tel que nous sommes, en ce moment même, sans jugement et sans attentes, amène une grande paix intérieure et nous propulse vers notre prochaine étape d’évolution d’une manière naturelle.

Un peu plus tard, j’ai aussi compris qu’avec cette leçon de vie, j’avais appris qu’il était plus important d’écouter mon cœur et de me fier à mon ressenti pour me guider dans mes choix, plutôt qu’à ce que je croyais être vrai avec la raison. La vérité ne peut se reconnaitre que de l’intérieur. Même si une vérité absolue nous est présentée, si nous ne la reconnaissons pas comme telle par le cœur, cette vérité ne signifie rien pour nous, nous aurons toujours un doute à son sujet, car elle ne fait pas partie de notre expérience – elle demeure conceptuelle, c’est-à-dire extérieure à nous. Ce dont nous faisons l’expérience est notre réalité. Lorsque nous acceptons de repousser les limites de notre connaissance, pour admettre de nouvelles informations comme étant vraies et réelles, nous devons en faire l’expérience afin d’intégrer cette information jusque dans nos cellules. C’est donc à partir de notre expérience – qui se traduit en information et en énergie dans notre corps — que nous pouvons véritablement reconnaitre la vérité. Cette information fait alors partie de nous, elle n’est plus extérieure, elle devient une connaissance intérieure véritable.


À suivre…


Pour recevoir de l’aide sur votre chemin de transformation, n’hésitez pas à m’écrire en cliquant sur ce lien ou en vous inscrivant à un Programme de Coaching créatif.


Cette pièce de Musique de la Source aide votre cœur à s’ouvrir aux fréquences de l’amour universel. Faites-en l’expérience et n'hésitez pas à m'envoyer vos commentaires en utilisant le formulaire de contact.